Aliments licites et illicites

Important : Les règlements énoncés dans cet article sont avant tout conformes à l’approche juridique hanafite.


Les aliments et les boissons licites

 

Règle 1 :Les aliments et boissons qui n’ont pas été interdits -ni explicitement, ni implicitement- par le Qour’aane ou les Hadiths sont licites à la consommation; c’est le cas par exemple, lorsqu’ils sont égorgés suivant le rituel islamique :

 

     1 – des ruminants, comme les bovidés (que ceux-ci soient domestiqués -bovins, ovins ou caprins- ou non -antilope, bison, gazelle etc…), les  camélidés (chameau, dromadaire, lama…), les cervidés (cerf…) etc…

 

     2 – des mammifères végétariens, comme le lapin, le lièvre etc…

 

     3 – des oiseaux granivores, comme le pigeon etc…

 

     4 – des gallinacés, comme la poule, le canard, la pintade, la dinde etc…

 

 

Règle 2 :Il est permis de consommer le vinaigre de vin. 
 

Règle 3 :La présure, qui est utilisée dans la préparation des fromages (pour faire cailler le lait) est licite.

 

Règle 4 :Le sang qui subsiste a l’intérieur de la chair d’un animal licite qui a été égorgé correctement n’est pas impur: s’il ne disparaît pas complètement lors de la cuisson, il est quand même permis de manger la viande concernée.

 

 

Les aliments et les boissons illicites

 

Règle 1 : Toute nourriture et boisson nocive ou impure est interdite, que celle-ci soit d’origine végétale, minérale ou autre… Ainsi, la consommation du vin, des boissons fermentées, du sang, des plantes vénéneuses, des substances toxiques ou stupéfiantes (drogue, “zamal”…) est strictement interdite. 

 

Règle 2 :Parmi les animaux marins et aquatiques, seule la consommation du “poisson” [1] est autorisée; les autres animaux qui vivent dans l’eau, comme le crabe, les
crustacées et les mollusques ne sont pas licites.

La consommation des poissons morts et flottant sur l’eau n’est pas autorisée.

 

Règle 3 :Parmi les animaux terrestres, il n’est pas permis au musulman de consommer:

 

  1 – les animaux faisant partie de l’espèce porcine, comme le porc, le sanglier, la truie, l’hippopotame…

 

  2 – les animaux carnivores, c’est-à-dire qui se nourrissent de chair, comme le chien, le chat, le loup, le lion, les rapaces…

 

  3 – les animaux pour lesquels la majorité de l’humanité éprouve du dégoût et de la répugnance, comme les animaux rampants (serpents…), les reptiles  (lézards, tortue…),  les insectes, les rongeurs (rats,…)

 

  4 – l’animal licite (comme le bœuf, le mouton, le chameau…) qui n’a pas été égorgé suivant le rituel islamique,

 
5
l’animal licite qui a consommé tellement d’impuretés (comme des excréments par exemple) que sa sueur et sa chair répandent l’odeur de ces dernières. Un tel animal    est appelé “djallâlah”. Pour qu’on puisse le manger, il faut le laisser suffisamment de temps pour que l’odeur des impuretés disparaisse avant de l’égorger.

 

  6 Parmi les animaux herbivores, la consommation de l’éléphant, de l’âne et du mulet n’est pas autorisée. 

 

Règle 4 : Les amphibiens  (comme la grenouille et le crapaud…) ne sont pas licites à la consommation.

 

Règle 5 :Si un morceau de chair ou un membre d’un animal licite a été coupé alors qu’il est encore en vie, il n’est pas permis de manger cette partie retirée de son corps.

 


[1]
“Poisson”, suivant la définition qui en est faite par les linguistes arabes; ce terme n’est donc pas à prendre suivant sa définition scientifique…